Partagez | 
 

 Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 146
Date d'inscription : 27/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Alligator
Alignement: 0

MessageSujet: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Mar 4 Sep - 8:54

C’était donc le premier jour d’Eliott dans son nouveau repaire, le pensionnat. Le temps était maussade en cette première journée, il ne serait pas dépaysé au moins. Les pluies diluviennes étaient fréquentes dans son royaume équatorial, et s’il ne s’agissait là que de quelques gouttes de pluie et un fort vent d’Ouest, il y voyait déjà un signe : c’était sa nouvelle maison, pour un peu de temps tout du moins.

Il s’engouffra dans la bâtisse, régla les derniers problèmes de paperasse, et monta dans sa chambre poser ses valises. Il ne regarda même pas à l’intérieur, à peine eut-il lancé le sac dans la pièce qu’il referma la porte et partit découvrir les lieux. Les cours ne commençaient que le lendemain pour lui, il avait donc un peu de temps. Il regarda sa montre, neuf heures dix-sept. Tout était calme, il n’avait pas croisé grand monde. Les étages, il les fouillerait plus tard, il n’y a rien de secret ici. Mais il avait remarqué un escalier plus ou moins dérobé quand il est arrivé, et voulait voir vers où il menait. Et s’il se faisait attraper, il aurait fait parler de lui, c’est déjà ça. Il redescendit donc vers l’accueil, et s’engouffra dans ledit escalier.

Sombre, étroit, vraiment, il ne savait pas ce qu’il trouverait au bout. Le vent passait ici. Il regarda en l’air, une fenêtre incurvée dans le mur était ouverte, quelques gouttes de pluie rentrait et avaient formé une flaque sur une marche, les bourrasques régulières faisaient un bruit effroyable. Au bout d’une cinquantaine de marches, il mit pied à terre, et trouva une salle d’autant plus délabrée qu’on aurait dit qu’elle avait plusieurs centaines d’années.

Des cachots, à droite, à gauche, toujours des cachots. Il devait y en avoir une bonne vingtaine à vue d’œil. Des lampes suspendues au plafond par un fil tanguaient au rythme imposé par le vent, et s’entrechoquaient parfois. D’ailleurs, les lumières étaient éclairées. La salle avait l’air déserte, il était évident que ces cachots ne servaient plus depuis longtemps, mais ces lumières ? Y avait-il quelqu’un d’autre ? Il rentra dans une cellule. Un banc en bois, des murs solides… Une vraie prison. Elle avait apparemment servi, si on se fiait aux gravures sur les murs.

Soudain, un bruit. Il y avait peut-être vraiment quelqu’un ? Ou quelqu’un l’avait-il suivi ? Il éteignit les lumières par l’interrupteur qu’il avait remarqué en entrant, et entra dans une cellule. Le vent faisait claquer les portes, encore et toujours. Attendons la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-the-game.forumactif.com
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 20
Date d'inscription : 22/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Faucon
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Mer 5 Sep - 15:49

    Voilà. J’étais partie de mon beau manoir luxurieux pour cet endroit tout à fait non-luxurieux. Pas que c’était moche, hein, mais ca ne ressemblait en rien à ce que j’avais pu voir ou côtoyer. Pourtant j’avais « visité » plusieurs maisons, surtout celles de mes amis qui étaient pauvres en plus. Mais là, j’espérais qu’une chose. Que l’intérieur n’était pas comme l’extérieur et qu’il allait se révéler bien plus somptueux qu’il en avait l’air. La voiture s’arrêta, mon cœur se serra. Une vague de déprime m’engloutit. Le portier m’ouvrit la porte. Je dû sortir à contrecœur. J’étais tellement mieux dans la voiture … Je regardais son visage comme pour lui demander de me ramener chez moi, là-bas, en Angleterre. Sachant que le retour en arrière était impossible, je sortis une jambe du véhicule puis l’autre. J’étais assise sur le côté sur le siège en cuir du Taxi. Je scrutais l’endroit. Grand Dieu, quel horreur. Je passais nerveusement ma langue sur mes lèvres tandis qu’une mèche de mes cheveux se faisait enroulé autour d’un doigt. L’homme au crâne chauve me tendit sa main gantée, je l’attrapais et sortis entièrement de l’habitacle. Ma robe d’un blanc immaculé, semblable à mes cheveux, tomba lourdement le long de mes cuisses et s’arrêtant au niveau des genoux. Un superbe nœud en satin argenté entourait ma poitrine et la « soutenait ». Une paire de compensées blanches me grandissait et m’amincissait plus que je ne l’étais déjà. L’homme dont j’appris le nom partit en courant chercher mon petit sac à main de la même couleur que ma robe ainsi qu’une valise blanche parsemée de perles rouges. Il ferma la portière de sa petite voiture jaune tandis que je me dirigeais vers l’accueil. Le petit chemin qui y menait était de terre et était délimité par des parterres de fleurs sauvages de toutes les couleurs. C’était joli mais pas assez comparé à chez moi. Alexander, de son nom, me suivait à travers cette petite route tout à fait agréable. Les oiseaux chantaient, choses qui me rendaient assez heureuse. Je fermais les yeux, cessant de me voir près de ce bâtiment et me concentrait sur une balade à cheval que j’avais fait dans la forêt avec mes amis. Une exclamation de surprise me fit revenir à moi-même et j’ouvris les yeux pour me retrouver nez-à-nez avec la porte en verre menant à l’accueil. Je me tournais vers le demi-chauve et dis en souriant.

    Vous avez fait du bon travail. Vous pouvez partir maintenant …

    Sans lui laisser le temps de finir, j’attrapais ma valise ainsi que mon sac et regardais en l’air. La pluie n’allait pas tarder à tomber, je devrais plutôt me mettre à l’abri. Surtout quand ma peau est aussi dénudée. Avec mon petit sourire, j’entrais. Mais rien ne trompait, j’avais le cœur lourd.

    La pièce était chaleureuse. Le fait d’entrer réchauffa mes épaules. J’eu un petit frisson. Sans trop savoir où aller, je me dirigeais vers un petit bureau. Une femme au visage poupin lisait un magasine dont je ne pus voir le nom. Je souris. Alors ici, il y avait bien des magasines. Je battis de ma main l’air et m’avançais vers la jeune femme. Elle avait une coupe playmobil. Vous savez le carré court avec frange. Enfin, ca lui allait plutôt bien. Ses cheveux étaient blond platine et ses yeux bleu pâle. Elle releva la tête de son magasine et me regarda. Un sourire se plaqua sur ses lèvres parfaites. Son regard se fit doux et elle me donna des papiers à remplir. De sa voix mielleuse, elle m’indiqua où écrire et où signer. Je m’activais à remplir les feuilles. C’était rien d’autre que de la paperasse administrative. Quand j’eu finis, je lui rendis tout ce qu’elle m’avait donné. Elle m’indiqua ma chambre. Je posais ma valise sur le comptoir et lui indiquait d’aller la poser dans ma chambre. Elle me regarda un instant, surprise. Plusieurs émotions passèrent au travers de son regard. De la surprise, de l’incompréhension puis de la colère. Je glissais un petit billet, histoire de l’amadouer. Elle l’attrapa et fila monter ma valise. Mon sourire s’étira encore. Je tournai autour de moi en regardant le grand hall puis remarquai un escalier. Caché à la vue de certaine personne mais pas la mienne, surtout sur l’angle dans lequel j’étais. Je m’approchais à pas silencieux. C’était flippant. C’était ce que j’aimais. Sans me poser une seule question, je m’engouffrais dedans et les descendis aussi vite que je pouvais avec mes talons. Je tombais dans un nouvel endroit. Noir et Obscur.

    Un petit vent frais se fit sentir et je me mis à frissonner. J’aurais du prendre une veste, franchement. J’enroulais mes bras autour de moi et avançai. Je tournai la tête de droite à gauche pour observer les lieux. Des cachots. Il y en avait de partout. Où est-ce que j’étais encore allée ? Non que j’avais peur, hein. Tout en considérant ma nature d’hybride faucon, je devrais plutôt me réjouir avec toutes les souris qui se promenaient. Seulement j’avais toujours détesté les souris et puis, s’il y avait des licornes, je faisais quoi, moi ? Ouais, j’avais toujours eu cette peur bizarre de ces espèces de poney corné. Mais oui ceux qui font SEMBLANT –je tiens à le préciser- de gambader gentiment et qui, deux minutes plus tard, vous embrochent avec leur corne acéré. Je joignais mes mains pour prier de ne pas en croiser. Je me rappelle que Bonnie essaye de me faire croire que ca n’existait pas. Mais c’était pas vrai parce qu’Elliot en avait déjà vu une. Je frissonnais de nouveau. Les souris couinaient autour de moi ce qui me fit fermer les yeux. Puis j’entendis un bruit. Comme une respiration plus humaine qu’animal. La lumière s’éteignit. Je me serais cru dans un film d’horreur. Pas que j’aimais pas mais je préférais être le tueur que le tué. Surtout que le tué était souvent la belle blonde cruche qui hurle toutes les cinq minutes. Et le seul problème, c’était que j’étais pas cruche. Ni blonde d’ailleurs. Le vent faisait claquer les portes. Soudainement, je me rétamais par terre. J’avais pas fait attention et j’avais glissé. Je laissais échapper un juron tout en me redressant à l’aide d’un mur. Je vis que le bas de ma robe était sali par la boue. Je serrais les dents tout en continuant mon juron.

    Et m*rde …


    [Hors-Rp; Si t'arrives pas à répondre, dis le moi. Je rajouterais des paroles ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 146
Date d'inscription : 27/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Alligator
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Sam 8 Sep - 13:14

Et m*rde …

Une voix. Une injure d’ailleurs. Une voix féminine d’ailleurs. Pas grand-chose à craindre, donc. Remarque, il ne connaissait rien aux hybrides, si ça se trouve ladite personne était dotée de pouvoirs qui lui étaient inconnus. Il épiait le moindre bruit. Le noir ne le dérangeait pas le moins du monde, en était-il de même pour son invité mystère ? Apparemment, elle se releva sans trop de mal, mais son angle de vision ne lui permettait pas encore de voir la personne. Soit. Il se tourna dans la cellule, de sorte à placer son dos côté ouverture, et s’adossa contre la porte. Enfin, il pensait s’adosser contre la porte, il tomba en fait dans le vide, la porte s’étant ouverte à cause du vent, sa tête et son torse dépassaient de la cellule, il mit une bonne seconde avant de réaliser. Il tourna sa tête sur le sol, et vit la détentrice de la mystérieuse voix, le regard légèrement surpris. Blanche, c’était le premier mot qui lui vint à l’esprit. Une jeune femme blanche comme la neige, de la tête aux pieds. Ses cheveux étaient blancs, sa peau blanche, sa robe blanche également. Le seul point contrastant était ses yeux, ses yeux d’un rouge sanglant. Lui-même était surpris. Il avait déjà entendu parler de l’albinisme, mais n’avait encore jamais vu personne ayant cette maladie génétique. Dans son Royaume, certaines personnes se disant sorciers faisaient tuer des albinos pour en faire de quelconques breuvages magiques, enfin, à ce qu’il paraissait. Il prit immédiatement un air blasé, histoire de ne pas paraitre bête, tomber sur le sol de la sorte, pour un prince de son rang, tout de même, quelle honte. Mais il ne s’était pas posé la question quand il fallait torturer du monde par contre, étrange non ? Il regarda la jeune femme avec convoitise, comme s’il l’attendait. Il prit un ton enjoué.

-Vous savez qu’il est dangereux de se promener dans ces recoins sombres pour une jeune fille telle que vous. N’ignorez-vous pas que cette partie est interdite au public ? Et pour répondre à votre prochaine question, non je ne me sens pas concerné par les règlements ayant cours ici. Ah oui, enchanté.


Il tendit une main, toujours au sol. Même pour lui, pas forcément très droit par rapport à sa position, ceci s’appelait de la désinvolture, mais la vérité est qu’il était troublé. C’était son premier contact avec un hybride non alligator, un peu de stress sans doute. Mais pourquoi avait-il déjà voulu montrer une forme de supériorité envers une personne qu’il ne connaissait pas ? Peut-être que sans se l’avouer, il en avait peur ? Il rejeta cette pensée immédiatement. C’était juste de la surprise, ou du narcissisme. Oui voilà, du narcissisme, tout ce qu’il est, c’était sûrement ça. Allez, on reste focalisé là-dessus. Lui-même ne comprenait pas vraiment sa réaction. S’il avait vraiment voulu montrer une quelconque forme de supériorité, il l’aurait déjà mordue depuis longtemps, et s’il avait voulu nouer une relation, il aurait sûrement été plus… Classique ? Flou, flou et reflou, on va voir comment ça se déroule.

- Auriez-vous l’amabilité de me donner votre patronyme ? Je suis assez curieux à vrai dire.

Curieux, c’était sûrement vrai, mais son nom, c’était juste pour l’avoir en tête dès le début… Ou juste pour qu’on lui demande le sien en retour ? Il adore se faire connaître. Décidément, dans la tête d’Eliott, c’est le flou en ce premier jour. Autant attendre une réponse, il serait capable de parler tout seul pendant longtemps comme ça, si il sortait chaque phrase qui passait dans sa tête…




[HJ : J'ai pas trouvé ton code couleur pour ta phrase de texte, désolé x_x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-the-game.forumactif.com
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 20
Date d'inscription : 22/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Faucon
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Dim 9 Sep - 15:07

    Je regardais ma robe. Comment allais-je faire ? Est-ce que … Est-ce que j’allais devoir la laver à la main ? Ma gorge se noua. Je n’avais jamais fait ca de ma vie et je comptais ne jamais le faire. Peut être fallait-il donner son ligne sale à la femme de l’accueil. Après tout, elle m’avait bien emmené ma valise dans ma chambre donc pourquoi pas le linge ? Je frissonnais. Etais-ce donc ca d’être pauvre ? Dans ce cas, laissez-moi repartir chez moi. Au moins, Bonnie me laverait mon linge et me shampooinerait les cheveux. Je portais une main à mon cœur et essayai de prendre une respiration moins saccadé par cette peur. Une souris essaya de grimper sur mon pied et je la repoussais doucement, les larmes aux yeux. Alexander devait être surement là. J’allais faire demi-tour quand je me stoppais. Un bruit sourd venait de retentir derrière moi. Une licorne ! Je me retournais d’un bond, doigt pointé devant moi, prête à détaler s’il le faut. Ce que je vis à mes pieds ne fut pas exactement ce à quoi je m’attendais à voir. En effet. Soit la licorne s’était déguisée en un charmant garçon soit ce n’était pas une licorne. Quel dur choix … Je ramenais ma main, formé en un poing, près de mes lèvres et examinait celui devant moi. Tout d’abord, il était couché par terre. Il avait dû tomber. Je me retiens de rire. Posé sur le sol, il me parlait. Il me prévenait qu’il était dangereux de trainer par ici puis il m’avertit que c’était interdit au public. Toutes choses que je savais. Il faisait parti de cet Internat, ca je l’aurais deviné toute seule. Lui, en revanche, ne semblait pas savoir que j’étais, aussi, une élève. Je continuais mon inspection. Il semblait être grand, debout. Peut être plus que moi avec mes talons. Ses cheveux étaient châtains et ses yeux étaient semblables aux miens. Je souris, encore plus. Mon côté « gentil » ressortait déjà. N’empêche, je trouvais lamentable qu’il resta par terre. Ce n’était pas les bonnes manières et c’était légèrement décevant. J’avais vécu en Angleterre pendant près de dix-huit ans et, là-bas, les hommes étaient de vrais gentlemans. A peine voyaient ils une femme, ils s’approchaient et posaient délicatement un baiser sur leur main. M’enfin. Il me tendit une main que je n’attrapais pas, je gardais mon sourire en place. Il me demanda mon nom, que je ne dis pas. Je m’avançais et me mis à genoux près de lui. Pas à croupis, c’était un homme, on ne savait pas ce qui pouvait lui passer par la tête. Enfin. Un joli sourire planté sur le visage, la tête légèrement penché sur le côté, je lui demandais, chaleureusement.

    Ca va ? Vous ne vous êtes pas fait mal ?


    Sans trop savoir comment faire, je plaçais une de mes mains sur son épaule et l’aidait à se relever même si je l’aidais pas vraiment. Je sentis mes joues se chauffer un peu mais ce n’était rien d’autre que ma timidité naturelle qui ressortait. Je me relevais et lui tendis ma main pour qu’il se remette debout. En fait, il n’eut pas trop le choix. Je lui attrapais la main et le forçais à se mettre debout. Chose pas du tout aisé pour une fille aussi délicate que moi. Un petit courant d’air passa et je ne pus m’empêcher de frissonner. Une nouvelle porte se claqua. Je me serais vraiment cru dans une maison hantée. Je ramenais ma main vers mes lèvres tandis que l’autre se plaçait près de mon cœur. Nous, les albinos, étions plus fragiles que les autres et, je suppose, les hybrides de même. Je fermais, pendant quelques secondes, mes yeux sanglants et inspirait pour expirer par la suite. J’ouvris de nouveaux mes yeux et regardait l’inconnu. Doucement, je lui dis.

    Pour répondre à votre question, je m’appelle Lhynn Angel Taylor. Pour vous, ce sera Lhynn. Je suis élève dans ce pensionnat, tout comme vous. J’aimerais vous dire que vos manières laissent vraiment à désirer, je suppose que vous êtes de classe supérieur et vous n’avez même pas pris la peine de vous relever. Chez moi, en Angleterre, tout homme de rang élevé se « précipite » pour venir poser un baiser sur les mains de jeunes femmes plus ou moins riches. Enfin ... Quel est votre nom ? Et pourrions nous nous tutoyer ? Ce serait beaucoup mieux. Ah oui, et excusez moi pour ca. Je n’ai pas vraiment pu m’empêcher de vous le faire remarquer…


    Le pauvre, je venais de lui balancer ce que je pensais de lui en pleine face. C’était pas vraiment ma faute, je savais pas trop mentir. Je lui fis un sourire contrit. Ah oui et s’il pouvait accepter qu’on se tutoie, ce serait vraiment mieux. J’aime pas trop vouvoyer, en même temps j’avais vécu une année entière avec des personnes pauvres. Je tendis de nouveau la main pour voir s’il allait se rattraper. S’il allait faire ce que je lui avais reproché. Ou bien s’il allait me mettre un vent. C’était probable que ce soit la dernière option vu comme j’avais été méchante sur le coup. Enfin, ca avait pas été grand-chose mais quand même. Il avait du en prendre un coup sur l’ego. Je me mordis la lèvre, priant pour qu’il ne gâche pas tout. Le geste que j’attendais et qu’il allait faire, ou non, comptait vraiment pour le futur. Enfin, ne parlons pas comme ci c’était un mariage ou autre. Mais ca pouvait influencer sur une future amitié ou bien un futur ennemi. Enfin, nous verrions bien par la suite.

    [Hors-Rp; La couleur s'appelle "Palevioletred" x) Enfin, tu assistes à du pur Lhynn qui ne sait pas tenir sa langue x) Sinon, comme toujours, si y'a un problème, n'hésite pas à Mp x)]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 146
Date d'inscription : 27/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Alligator
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Mar 11 Sep - 17:28

La main d’Eliott ne trouva pas écho à celle de la jeune femme. C’était plutôt prévisible, étant donné le manque de grâce de ce geste, lui-même le savait. Elle souriait, c’était assez gênant, mais pas assez pour faire changer son expression. Elle s’agenouilla à côté de lui, et le regarda, l’air de s’adresser à un enfant tombé de son siège.

Ça va ? Vous ne vous êtes pas fait mal ?

Elle posa une main sur son épaule, et d’une faible impulsion, le poussa à se relever de lui-même. Il était évident qu’elle n’allait pas le soulever. Il n’avait pas prévu de se lever, mais entre ça et devoir parler pour le lui dire, autant faire l’effort. Avant qu’il ne prenne appui sur le sol pour se relever, l’hybride lui tira déjà le bras et le fit se relever. Ça, ce n’était pas prévu. Autant être poussé à se lever, ça passe, mais forcer une demoiselle à faire un effort, malgré toute sa désinvolture, c’était trop. Il avait beau avoir dévié de sa voie initiale, il était avant tout un homme de la haute société, il avait toujours ces normes ancrées indélébilement. Il allait devoir se rattraper.

Il fut debout avant même de s’en apercevoir, gêné au-dedans sans que cela ne puisse paraitre sur son visage. Il avait acquis à une certaine échelle l’art de pouvoir contrôler totalement ses muscles faciaux. Seul son poing serré le trahissait plus ou moins. Une porte claqua soudain. Eliott ne réagit pas, il se contenta d’enregistrer l’action, les alligators ont un cœur « lent » si on peut dire ça ainsi, mais son interlocutrice, elle semblait plus surprise par l’évènement, si bien qu’elle porta la main à son cœur. Elle inspira profondément comme pour se calmer, puis dit doucement :

Pour répondre à votre question, je m’appelle Lhynn Angel Taylor. Pour vous, ce sera Lhynn. Je suis élève dans ce pensionnat, tout comme vous. J’aimerais vous dire que vos manières laissent vraiment à désirer, je suppose que vous êtes de classe supérieur et vous n’avez même pas pris la peine de vous relever. Chez moi, en Angleterre, tout homme de rang élevé se « précipite » pour venir poser un baiser sur les mains de jeunes femmes plus ou moins riches. Enfin ... Quel est votre nom ? Et pourrions-nous nous tutoyer ? Ce serait beaucoup mieux. Ah oui, et excusez-moi pour ça. Je n’ai pas vraiment pu m’empêcher de vous le faire remarquer…

Réfléchir vite, analyser vite, pour répondre vite. Alors, Lhynn, c’est noté dans la tête, ok. Les manières d’Eliott laissent à désirer ? … C’est-à-dire que ces dernières années, il avait passé plus de temps à profiter de ce que pouvait apporter la gente féminine qu’à la respecter. Qu’à cela ne tienne, il ferait preuve de bonnes manières, après tout, Lhynn ressemblait un peu à ce qu’il aurait dû devenir, et ça lui plaisait bien. Si l’hybride ne savait pas ce qu’était d’apprécier quelqu’un, il pouvait au moins dire que son interlocutrice ne le laissait pas indifférent. Seule contrainte, tutoyer. Eliott n’avait pour ainsi dire jamais tutoyé qui que ce soit. Soit, il ferait un effort, mais ça mettrait un peu de temps. Il soutint donc la main de la jeune femme et y déposa un baiser en bonne et due forme. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas fait ça, ça faisait toujours un peu bizarre, même pour lui.

-Pardonnez… Pardonne mon impolitesse, Lhynn. J’étais un peu déboussolé, pour ne pas te mentir, c’est la première fois que je vois un hybride hors de mon Royaume. Je me prénomme Eliott Robert Dawn, du Royaume des Alligators. Il doit vous êt… T’être inconnu, il est entouré de marécages, quelque part dans le centre de l’Irlande. Il marqua une pause. Tu dis être d’Angleterre ? J’ai déjà visité cette région. Mes attributs hybrides me sont faciles à cacher, c’est un avantage. Nos manières ne diffèrent donc guère.

Il ne laissa pas le temps à la jeune femme de saisir ces paroles que déjà il lança une autre question.

-Si ce n’est pas trop impertinent, pourquoi êtes-v… Es-tu venue étudier ici, Lhynn ? Et désolé pour le tutoiement, je vais mettre un certain temps à m’y faire.


Toutes ces manières, ces précautions… Eliott ne les aurait guère prises en temps normal, mais était-il en temps normal ? Il s’appuya contre le mur. La brise caressait son visage, comme une douce mélodie, un heureux présage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-the-game.forumactif.com
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 20
Date d'inscription : 22/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Faucon
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Dim 16 Sep - 16:03

    En moins longtemps qu’il ne le faut, il se pencha et posa un baiser sur ma main. Je souris. Il s’était très bien rattrapé. Je retirais doucement ma main et la ramenais près de mon cœur. Celui-ci battait assez vite et je dû m’employer à le calmer. En fait, vous saviez que quand je m’étais résolue à venir ici pour fuir Elliot, je ne m’apprêtais pas à en retrouver un ici. J’écoutais le jeune garçon essayé de se faire pardonner quand il avait dit son nom. « Eliott Robert Down ». Juste le temps que ca monte au cerveau. Un long moment, le laissant parler et écoutant tout ce qu’il disait, me posant des questions. Je m’apprêtais à lui répondre quand tout eu atteint mon cerveau. Seulement là, j’ouvris la bouche en grand e la refermais, serrant les lèvres pour pas exploser. Je fixais le jeune homme, cherchant la moindre ressemblance avec mon Elliot. Il n’y avait rien. Rien du tout. Peut être que c’était fait exprès. Peut être qu’il l’avait connu et savait pour l’histoire. Effrayée, je le regardais, les yeux exorbités. Moi qui essayais de calmer mon pauvre cœur, voilà qu’il battait de plus belle. Doucement, les larmes envahirent les yeux. Pas des larmes de tristesses. Non, des larmes de colère. Je les sentis rouler le long de mes joues. Quelque part, j’avais mal de repenser à lui. Il m’avait apporté tellement de bonne chose mais, aussi, des mauvaises. C’était vrai que le coup qu’il m’avait fait, enfin non, que ma belle mère avait fait, était horrible. Je ne pourrais pas lui pardonner même s’il revenait à genoux. D’un petit geste de main, j’essuyais les petites perles d’eau sur mes joues. Je laissai échapper un sanglot. Ca avait été plus fort que moi. Je n’allais pas arriver à lui crier dessus ou à avoir l’air crédible en gardant tous ca. Les trainées d’eau séchèrent et je relevais la tête. J’étais furieuse et je le laissais bien paraitre sur mon visage. Les poings fermés, je soufflais une fois, deux fois. Mon cœur battait de plus en plus vite à chaque seconde. Je passais une dernière fois ma main sur mes joues pour enlever les traces de larmes avant de commencer, doucement. Je n’étais pas quelqu’un qui m’emportais en hurlant. Je préférais la douceur, ca pouvait faire beaucoup plus mal parfois. Je m’approchais dangereusement du garçon, pas comme une furie non plus, hein, juste comme une reine, un tigre ...

    Comment connais-tu son prénom ? Qui es-tu ? Pourquoi … Pourquoi tu fais ca ? N’ai-je pas assez pleuré déjà ? Ca t’amuse de faire pleurer les demoiselles ?


    J’aurais pu continuer. J’aurais pu. Mais quelque chose me stoppa net. Tout net. Franchement, je n’avais pas remarqué une présence. Cette présence nous fixant depuis tout à l’heure. Ou peut être était-ce mon imagination. Qui sait ? Mais à l’instant où j’avais finis ma phrase, une ombre cornée passait sur le mur. Je vous jure que ca avait une corne. Je me redressais et regardais derrière le garçon. La colère avait totalement disparu et la peur avait pris sa place. Mes poings se desserrèrent et vinrent se placer sur mon cœur. Ma vision se brouilla quelques instants. Un bourdonnement se fit entendre. Je clignais des yeux et me baissais subitement. C’était pas possible. Pas maintenant. C’était trop pathétique, ca. Pff, pourquoi avait-il fallu que je naisse albinos et, en plus, hybride ? Santé de m*rde. Je tombais à genoux, respirant du mieux que je pouvais. Mon cœur battait trop vite, trop fort. Peut être était-ce à cause de ca. Mais pas maintenant. Tous sauf maintenant. Le moment où on allait se faire attaquer par une licorne sauvage fantôme. Pourquoi ? Mais pourquoi ? En plus, j’étais sure de pas avoir des hallucinations. J’étais pas assez folle pour. Enfin, je crois. Je toussais et déplaça avec peine ma main pour la mettre devant ma bouche. Rien de suspect, ca pouvait aller. J’inspirais, expirais, lentement. Mais c’était trop prévisible, j’allais pas y arriver. Finalement, je tombais. C’était peut être pas plus mal. J’allais plus avoir à lutter contre mon malaise. J’allais être mieux juste après. Ouais, je me sentirais mieux. Puis tant pis pour la licorne. Le faucon c’est pas bon alors elle fera une indigestion. Voilà. C’est bien fait pour elle, elle avait qu’à pas essayer. Elle allait crever et en plus, j’espère qu’elle s’étouffera. Si j’avais pu, j’aurais rigolé. Mais je pouvais pas, maintenant que j’étais dans les pommes. Alors, je soupirais. Juste un petit soupir joyeux.

    [Hors-Rp; Désolée, il est super pourri, j'me rattrape au prochain. Oui, ca n'est pas comme tu l'imaginais u_u Et puis comme d'hab', question/mp ~]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je suis inconnu(e)

Messages : 146
Date d'inscription : 27/08/2012

Fiche d'identité
Réputation: 0
Race: Alligator
Alignement: 0

MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   Ven 28 Sep - 11:47

Des larmes. Eliott s'interrompit net quand il les remarqua. Sa nature lui dictait de sourire sadiquement, mais dans l'instant présent, vu que cela faisait maintenant quelques minutes qu'il ne la suivait pas, ce n'aurait pas été cohérent, n'est-il pas ? L'hybride tenta de les cacher au mieux, mais elle devait elle même savoir que cela était impossible. Il s'apprêtait à s'approcher quand éclata un sanglot, il se ravisa donc. Bon, analysons. Qu'est-ce qu'il avait dit de méprisant ? Et bien rien pour une fois ! C'est le monde à l'envers, décidément, quand il tente d'être courtois il fait pleurer ? Non mais il se passe quoi là ?! Il bouillonnait intérieurement, cette réaction paradoxale -comme tous les paradoxes d'ailleurs- avaient le don de l'énerver au plus haut point. Espérons qu'il se contrôle. Ce fut elle qui s'approcha, à son grand dam. Ses yeux de sang lui lançaient des éclairs fous, de colère, de rage, de haine, mais on sentait que tout était parfaitement contrôlé.


▬ Comment connais-tu son prénom ? Qui es-tu ? Pourquoi … Pourquoi tu fais ca ? N’ai-je pas assez pleuré déjà ? Ca t’amuse de faire pleurer les demoiselles ? Parvint-elle à dire, parvint-elle car on sentait un effort particulier pour parler.
Il l'avait autant touchée ? Bordel, il aurait dû la frapper dès le début si cela aboutissait à la même chose au final, quel gâchis. Attends, elle vient de dire quoi ? Mais elle parle de quoi là ? Le prénom de qui ? Pas besoin d'être un expert en expressions du visage pour reconnaître la surprise, le choc sur celui d'Eliott. Il était déboussolé, il ressentait presque un malaise sur le coup. Il se sentait comme si il avait été absent cinq minutes, et qu'on lui posait des questions irrationnelles. On va mettre tout ça au clair, parce que non seulement elle le prive de son plaisir mais si en plus elle commence à lui courir sur le système avec des questions pareilles, quelle est l'estimation de la durée de vie de la demoiselle ? Mieux vaut ne pas répondre. Il s'apprêtait à répondre lorsque Lhynn changea de regard, changea d'expression. La peur. Et pas de lui -mince-, mais de quelque chose derrière lui. Il se retourna rapidement. Rien ? Rien. Non mais elle se fout de lui là ou quoi ? Un bruit. Elle l'avait frappé par derrière ? Il était tombé par terre ? Telles sont les questions qu'il se posa, illogiquement vu qu'il était en train de retourner à nouveau, debout et sain donc; pour découvrir l'hybride sonnée par terre. Albinos, sensibles. Il s'en souviendrait. Il s'apprêta à partir en la laissant là... Bon, dernier effort. Mais ça allait gueuler à son réveil. Il resta quelques instants debout à quelques pas pour voir s'il ne s'agissait pas d'une quelque méthode pour le piéger. Mais elle était bien évanouie. Et c'était vraiment un effort de l'aider, Eliott aurait plutôt eu tendance à profiter de la situation en temps normal. Mais comme déjà dit, ce n'était pas un temps normal.

Il s'approcha finalement de la jeune demoiselle, et la prit par les épaules et les jambes pour la porter vers une cellule, n'importe laquelle dotée d'un banc. Tiens, celle là, très bien. Il installa la nouvelle évanouie sur celui-ci et attendit là, debout, l'air irrité. Bon, elle se réveille là ? Il tapota avec précaution ses joues, faudrait pas non plus qu'elle se réveille en furie et se mette à l'attaquer, il aimait trop sa veste pour la salir. De toute façon, elle l'engueulerait pour l'avoir portée, que sa robe est tâchée à cause de sa chute, et que c'est un pervers comme les autres ? Il aurait bien parié un pièce là-dessus. Il dit, à demi-voix, l'air lassé :

-Bon, Cendrillon, vous vous réveillez ?

Et elle l'ignorait en plus. Ah non, c'est vrai, évanouie, oui mais c'est du pareil au même, elle ne le regardait pas, ne souriait pas... Bordel, heureusement qu'elle respire, si elle avait été morte juste de ça... Pas drôle.

Il s'installa de l'autre côté de la cellule, les pieds contre le mur, la tête par terre, et il la regardait dormir de là. Coucou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-the-game.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Je suis


MessageSujet: Re: Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Accès interdit ? Parfait ♪ [PV Lhynn~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un dîner presque parfait
» Interdit aux moins de 18 ans
» Pensionnat Interdit
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...
» Un Monde Parfait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Monochrome :: Chapitre 2 : Le Pensionnat :: Les sous-sols :: Les couloirs-